Vitaliser, valoriser, animer la Ville

Description :

L’action culturelle participe à dynamiser la ville en valorisant son patrimoine, ses espaces publics, en prenant en compte tous ses territoires, en participant à la vie publique…

 

Les questions qui se posent aujourd’hui sans pour autant être exhaustives :

  • Au-delà des institutions culturelles, quels terrains de jeu la culture peut-elle investir ? L’espace public, les quartiers, les lieux de proximité, les lieux privés ?
  • Peut-elle participer à animer la nuit nazairienne, les vacances scolaires ?
  • Comment provoquer plus de rencontres et de convivialité grâce à la Culture ?
  • Quelle place pour le patrimoine dans l’animation et la valorisation de la ville ?

 

Les prochains temps de concertation :

  • Lundi 30 janvier 2017  – 19h à Escal’Atlantic

3 réflexions sur “Vitaliser, valoriser, animer la Ville

  1. chauchat dit :

    création de fanfares dans toutes les écoles( de la maternelle aux facs).
    création de jardins pour se poser, pique-niquer, jouer…
    création de lieux conviviaux, familiaux, jeunes, étudiants…(.créatifs( pas de franchise) imaginés, pensés réalisés par ceux qui tiennent les lieux pouvant être mobile, en extèrieur, en intérieur et qui puissent rester ouvert tard dans la semaine: a 19h, il n’y a plus personne dans les rues de SAint-Nazaire, moi, j’aimerais me prendre une glace avec mes enfants aptés le dîner…..LES cafés, bars ne sont pas branchés, ce n’est que des café de « vieux »avec des habitudes de « vieux »……Ca manque beaucoup de fan,taisies, de plaisir……..

  2. Alexia Jacques-Casanova dit :

    Je pense qu’il y a un travail à faire sur les rez-de-chaussée abandonnés de nos rues. Le fait d’y insérer des ateliers d’artistes, expos temporaires ou autre type de tiers-lieu et d’animation culturelle a fait ses preuves dans de nombreuses autres villes, notamment à Detroit et dans d’autres cités post-industrielles.
    En France, à Saint-Etienne, le Bureau Ephémère d’Activation Urbaine est parvenu à revitaliser les rues de la ville en plaçant dans des rez-de-chaussée vacants des boutiques éphémères, des archives hors-les-murs ou encore des ateliers à vocation artistique.
    Saint-Nazaire pourrait grandement bénéficier d’une initiative similaire. Combien de rez-de-chaussée du centre-ville sont vides, à louer ou à vendre ? Et à l’inverse, combien d’artistes n’ont pas de lieu pour produire ou exposer, combien de groupes n’ont pas de salles pour répéter, combien de petits créateurs n’ont pas d’endroit pour vendre leurs fabrications, etc. On pourrait imaginer un nombre incalculables d’activités pour ces espaces vacants afin de les occuper de manière créative et sensée tant qu’ils ne sont pas loués ou vendus.

    Un autre point similaire. Saint-Nazaire est une ville inspirante de par son histoire et son architecture. Elle est aussi intéressante car peu chère en terme de loyer. Ainsi elle a le potentiel de devenir une destination prisée d’artistes fuyant les loyers onéreux des grandes villes. Pourquoi ne pas faire de Saint-Nazaire une ville-résidence pour artistes ? Je pense qu’il y a un travail à réaliser dans ce sens qui permettrait à la ville de se construire comme un hub de résidence-expérimentation-création artistique ouvrant ses portes aux artistes et collectifs travaillant sur des actions artistiques participatives. On inclurait ainsi par la même occasion la population de Saint-Nazaire dans des processus de réappropriation des lieux publics de la ville.

    J’espère que les ateliers du mois de mars auront lieu plus tard le soir ou le weekend pour permettre aux personnes ayant de grandes amplitudes horaires de pouvoir y participer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *