Retour présentation publique du 10 mai :

Le jeudi 10 mai, le maire David Samzun et l’adjoint à la culture Jean-Jacques Lumeau ont présenté les orientations et les actions, suite à la démarche de concertations et de réflexions partagées, réalisés avec les acteurs et les nazairiens. Les propositions issues des Ateliers Créatifs et des Commissions Thématiques se déploient autours de cinq axes :

  • Travailler ensemble et autrement,
  • Inciter au partage culture et développer les pratiques des habitants,
  • Partager les savoirs, les patrimoines, la culture scientifique technique et industrielle,
  • Accompagner la présence des créatifs dans la ville,
  • Structurer les interventions artistiques dans l’espace public.

 

Vous retrouverez ci-dessous une synthèse des Orientations pour la culture à Saint-Nazaire :

Retour sur les Commissions Thématiques :

Entre le 27 et le 30 mars plus de 80 personnes  (acteurs culturels et artistiques du territoire, personnes ressources, services de la ville) ont travaillé sur les orientations et les propositions autours de quatre problématiques issues du diagnostic partagé :

  • Partage(s) culturel(s) et territoire(s),
  • Culture scientifique, technique et industrielle,
  • Les arts urbains,
  • Présence(s) artistique(s).

Vous retrouverez ci-dessous une synthèse des Commissions Thématiques :

Les enjeux de la culture :

L’enjeu qui nous mobilise actuellement est tant artistique que culturel, dans son acception large. Les problématiques culturelles et sociétales sont intimement liées. Comment les collectivités, les acteurs culturels, les artistes, les autres acteurs potentiels considèrent cette donne, dans une démarche collective, au profit de l’intérêt local et général ?

 

La Ville de Saint-Nazaire a de nombreuses ressources artistiques et culturelles : des institutions, des services et des associations souvent reconnus, repérés et fréquentés par une partie de la population, des actions diversifiées, à la fois qualitatives et accessibles, des artistes mobilisés. Il faut donc poursuivre ce mouvement et continuer à orienter l’investissement collectif au service de l’épanouissement individuel et collectif, de la mise à connaissance et de l’inscription au monde (local et global) dans sa diversité, son altérité et sa richesse, de la cohésion, au vu des mutations sociétales profondes qui s’opèrent.

D’autres enjeux se formalisent et se révèlent aussi collectivement : la créativité, la prise en compte de l’innovation, l’expérimentation collective sont des ressorts à activer plus fortement pour participer à la dynamique générale, pour contribuer à la fabrique de la ville de demain, d’un imaginaire, d’un désir de vivre et de s’approprier la ville, dans des ambiances originales, plus marquantes.

 

Autant de pièces d’un même puzzle qui participent à l’écriture et la transmission des récits de la ville.

 

Cette ambition a priori partagée nécessite de poser un regard lucide sur les forces, les ressources, les potentiels mais aussi sur les fragilités, les dysfonctionnements et les limites du territoire et des acteurs que nous sommes. Elle nécessite aussi de considérer et d’envisager parfois l’évolution de certains paradigmes, d’organisations et de méthodes.

 

Car au-delà de ces principes généraux et généreux, il y a la réalité du quotidien. Les budgets serrés des collectivités et des acteurs associatifs obligent à des choix clairs et priorisés, à rechercher l’optimisation de nos moyens et outils respectifs, à décloisonner entre politiques publiques et initiatives privées, à innover et expérimenter, à envisager des hybridations, pour faire intelligence collective. Le détachement d’une partie non négligeable des habitants vis-à-vis de l’offre culturelle nous impose aussi de nous questionner continuellement sur la convergence entre la diffusion des œuvres et des ressources et les aspirations et contraintes quotidiennes de ces derniers. L’inscription des droits culturels dans les lois NOTre et Loi Création Architecture et Patrimoine nous rappelle aussi qu’il ne faut jamais baisser la garde, et au contraire remonter encore plus les manches, en organisant une éducation artistique et culturelle qualitative pour tous, une offre en direction des publics empêchés, un travail sur l’altérité, une accessibilité et une adaptation des pratiques amateur, des projets collaboratifs et participatifs avec les habitants, de nouvelles formes de médiation, etc. Il est bien ici question de poursuivre la constitution d’un service public culturel à l’échelle d’un territoire.

Les rendez-vous de la culture doivent nous permettre de prendre de la hauteur, de mettre en dynamique et en perspective, tout en ayant conscience des contraintes et des limites de l’exercice.

 

Cette démarche a pour objectif d’assoir et conforter les missions et activités qui vont dans le sens de l’intérêt général et local, qui s’adaptent aux mutations incontournables mais aussi qui résistent aux mouvements plus insidieux et individualistes qui traversent la société. Elle a aussi pour ambition d’initier de nouveaux projets, de nouveaux modes de coopération, dans des temps et des cadencements qui devront être analysés, en fonction des priorités et des moyens alloués.

 

C’est dans cet esprit que se tiendront les commissions thématiques. Thématiques diverses, repérées dans les phases précédentes de la démarche, qui pourraient (ou non) être poursuivies dans leur analyse, voire leur conception et leur mise en œuvre opérationnelle si elles ont un potentiel, font intérêt local et sont in fine jugées prioritaires. A noter que la Direction de la Culture poursuit en parallèle son travail d’analyse des missions, activités et projets portés par les équipes municipales sectorielles et transversales, ainsi que son travail d’analyse et de partenariat avec le tissu associatif, au premier rang desquels on retrouve les associations conventionnées.

 

Il convient donc de continuer à alimenter la réflexion collective, à préconiser ce qui fait  intérêt local partagé, afin d’accompagner les élus à dessiner les contours de la politique culturelle et les associations à préciser leur positionnement dans ce projet collectif.

La Direction de la Culture, Ville de Saint-Nazaire

Retour sur les ateliers créatifs :

Entre le 20 et le 30 janvier, beaucoup d’entre vous avez pu participer à l’un des ateliers créatifs organisés afin de définir les orientations et les enjeux de la politiques culturelles de Saint-Nazaire.

Les échanges lors des ateliers ont permis de faire émerger les 4 grands enjeux suivants :

  • Soutenir les initiatives, les émergences,
  • Qualifier les pratiques artistiques et parcours artistiques et culturels
  • Accompagner et coordonner les acteurs autour d’évaluations et de projets partagées,
  • Repositionner la politique culturelle dans la construction de la ville dans son rapport aux habitants (dans ses implications organisationnelles)

Vous retrouverez ci dessous une synthèse des ateliers créatifs :

 Retours sur les Ateliers créatifs

Nous vous remercions pour votre participation.

Retour sur les ateliers créatifs : contribution de Jérôme Joy

j’ai participé ces jours-ci à plusieurs des ateliers, jusqu’au dernier qui va avoir lieu aujourd’hui en soirée. Je vais essayer de sérier mes remarques et propositions en répondant en parallèle dans les rubriques de ce blog, même si, on peut le remarquer aisément, les discussions ont fait sortir des « sujets » communs qui traversent l’ensemble des ateliers.

Une première remarque générale pour cette première contribution :

J’ai été agréablement surpris du dynamisme présent dans ces ateliers, de la libre parole et également de la bienveillance des échanges. Cela m’a permis de découvrir des acteurs et des actions : plus d’échanges et durant toute l’année, serait un formidable moteur (souhait)…

Une seconde :

Je remarque aussi qu’en tant qu’artiste (habitant Saint-Nazaire depuis cinq ans), et de mon point de vue d’artiste, et ayant souvent participé à ou mené des projets et programmes artistiques collectifs (assos, projets, etc.) les points forts qui ressortent du questionnement de la place de la création et de la culture dans notre société, sont très proches des préoccupations des artistes.
Je trouve, sans prétention, que de nombreux artistes savent bien, c’est une de leurs forces, et ceci lorsqu’ils ont en mains leurs propres enjeux, manier et mettre en œuvre (c’est le cas de le dire) ces points et questions : la co-construction, la co-responsabilité, les solutions économiques et équitables, la réflexion sur les liens (sans que l’artiste soit un pansement), la réactivité, l’adaptabilité, la transversalité, les circuits directs, les hiérarchies horizontales, les connexions continuelles avec l’extérieur, l’imagination pratique, etc.
En boutade : nous pouvons sans doute, en tant qu’artistes, et avec vous, faire des apports significatifs et constructifs aux réflexions menées ! ;-))

Une troisième, plus spécifique :

Bien entendu, cela vient un peu contredire l’image d’Épinal dont on revêt les artistes et que j’entends souvent : isolé, génial (égo démesuré), centré sur son travail et sa carrière, sur un circuit de marché, etc. ; et également contredire les objectifs que l’on voudrait donner aux artistes : un entrepreneuriat volontaire (et très privé), chercheur de succès et de notoriété, destiné à une carrière et à un réseau de ventes, accéder au maximum de public, voire l’image d’une « profession » dont le statut serait similaire à une profession libérale (comme un médecin ou un artisan, alors que de meilleures images pourraient être sans doute le chercheur chimiste ou géologue, ou encore le philosophe – est-ce que être philosophe est un métier ?, etc.).
Tout cela crée des images qui faussent les réalités que vivent les artistes aujourd’hui.
Comme proposition et exemple entre artistes à Saint-Nazaire, je parlerai dans une des rubriques du « Projet Neuf » que nous sommes en train d’élaborer et de construire en ce moment.

Une quatrième, pour conclure :

Finalement, en tant qu’artiste, développant depuis de nombreuses années autant au niveau national et international, je suis très attiré par élaborer et contribuer localement, car c’est dans les proximités (ici à Saint-Nazaire) que se jouent plein de choses, et ceci avec des qualités, des échelles et des natures différentes (je parlerai dans une des rubriques d’exemples de projets artistiques menés dans la ville).

Ceci correspond à trouver le fondement même de la création artistique dans la proximité avec des habitants, des jeunes générations (avec les lieux de formation), d’une population plurielle et multi-culturelle (avec les nouvelles arrivées et les Chantiers), d’une histoire spéciale de la ville, d’une histoire aussi de l’éducation populaire, des enseignements alternatifs, des luttes sociales, etc. et au fait de reconnaître qu’en art, la coexistence et la concomitances avec d’autres pratiques et d’autres questions, est essentiel pour développer des espaces critiques, des espaces ouverts, des espaces communs de dynamiques et de questions.

Ceci me pose question : quelles sont les natures de cette attraction et envie que je ressens et perçois ? et comment puis-je y répondre, activement, de mon point de vue et avec mon expérience (professionnelle) ?

Ne vous inquiétez pas, la prochaine fois, je serai plus court et synthétique (la restitution de chaque atelier le demande) 😉
Je vais m’y atteler en contribuant à chaque rubrique atelier.

– Jérôme Joy ( joy@thing.net )

Culture : l’affaire de tous

La démarche de concertation culturelle initiée par la Ville l’été dernier se poursuit. Fin janvier, les Rendez-vous culturels se déclineront sous la forme d’ateliers créatifs ouverts à tous. Place à l’échange !
Pour mieux prendre en compte les évolutions de la société et réorienter en conséquence sa politique culturelle, la Ville a d’abord élaboré en mai 2016 un questionnaire ouvert à ceux qui « produisent » la culture (équipements et associations) et à ceux qui la vivent (les habitants). D’après les 1 000 réponses reçues, les Nazairiens semblent globalement satisfaits de l’offre culturelle, cependant elle est parfois jugée très institutionnelle. Plusieurs attentes ont été exprimées, notamment mobiliser la jeunesse et valoriser les pratiques culturelles numériques ainsi que les actions dans l’espace public. Du 20 au 30 janvier, six ateliers créatifs. Après la phase de questionnement et l’analyse des réponses reçues, l’heure est donc venue d’échanger :
c’est tout l’objet des six ateliers créatifs qui se tiendront à la fin du mois, chacun étant dédié à une thématique définie (cf. programme ci-dessous). Experts, amateurs ou simples citoyens curieux : tous les points de vue se valent et chacun a sa place dans ces ateliers ouverts à tous !
Le calendrier des rendez-vous de la culture :
Les expressions artistiques et culturelles
> Vendredi 20 janvier
19h / Conservatoire musique et danse
Saint-Nazaire : une culture spécifique et atypique ?
> Lundi 23 janvier
19h / VIP
Le rapport des habitants à la culture
> Mardi 24 janvier
19h / Maison de quartier d’Avalix
> Mercredi 25 janvier
19h / Médiathèque Étienne Caux
Pourquoi et comment créer du lien entre nous tous ?
> Jeudi 26 janvier
19h / Centre d’Initiatives Locales (CIL)
Vitaliser, harmoniser, animer la ville
> Lundi 30 janvier
19h / Escal’Atlantic
Des questions ? 02 40 00 40 27

Réunion de présentation des sujets en débat :

Le 7 décembre dernier, la mairie de Saint-Nazaire a organisé une réunion publique de présentation de présentation du dispositif des « Rendez-vous de la Culture  » et les différents sujets qui feront l’objet de débat et d’échanges dans les prochaines semaines. Près de 170 habitants et acteurs culturelles du territoire ont participé à cet événement et nous-vous en remercions.

Pour les personnes n’ayant pu participer à ce temps d’échanges, vous retrouverez ci-dessous le support powerpoint présenté lors de cette réunion publique : Présentation du 7 décembre.

 

Concertation rendez-vous de la culture : qui a répondu au questionnaire ?

en juin dernier, la Ville lançait une campagne de concertation afin de mieux définir les principales orientations de sa politique culturelle. Parmi les différents axes de cette concertation, un questionnaire a été mis en ligne sur le site internet et les réseaux sociaux de la Ville (Facebook, Twitter) et des flyers distribués dans différents lieux de Saint-Nazaire, notamment dans les Maisons de quartier afin de toucher tous les publics. Objectif
: permettre à chacun de faire entendre sa voix et ses préférences dans les domaines liés à
la culture : la perception de l’offre culturelle, la diversité des expressions artistiques, les pratiques artistiques et culturelles des habitants…
Début septembre, une première étude des réponses à ce questionnaire a été réalisée grâce à la participation de 1003 personnes. D’autres étapes de concertation seront organisées en fin d’année. Voici les premières informations sur les profils des personnes qui ont répondu (moyenne d’âge 40 ans) :